Notation sociale et environnementale : le marché de toutes les convoitises

Évaluer les entreprises uniquement selon des critères financiers ne suffit plus. Les investisseurs veulent aussi les ausculter sur le plan environnemental, social et de la gouvernance. Un marché en pleine ébullition, de plus en plus dominé par les Américains.



En septembre dernier, l'américain MSCI, l'un des plus grands producteurs d'indices financiers, a mis la main sur Carbon Delta, une petite start-up suisse spécialisée dans l'analyse du risque climat grâce à des algorithmes d'intelligence artificielle. Cette acquisition est loin d'être anodine. Elle est la dernière d'une longue liste de rachats de sociétés spécialisées dans l'évaluation des risques extrafinanciers, qui recouvrent les fameux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), par des poids lourds de la finance traditionnelle.

Enjeux de long terme

Ces critères ESG permettent d'évaluer la prise en compte du développement durable et des enjeux de long terme dans la stratégie des entreprises. Cela peut être, par exemple, les émissions de CO2 pour le pilier E, la formation des salariés pour le pilier S, ou encore la féminisation des conseils d'administration pour le pilier G. En l'espace de quatre ans, la plupart des pionniers de cette analyse extrafinancière sont passés sous pavillon américain ou britannique.

En juin dernier, le français Beyond Ratings, spécialisé dans...

"Oeuvrons pour une Société qui vit, travaille et consomme dans le respect de la nature."



Tizy S.A.S.

Lyon

FRANCE

tizy-repond-a-tout@tizy.app